Aller au contenu

Robert G. Forge

Photo de l'auteur Robert G. Forge

Robert G. Forge, auteur de science-fiction

Peux-tu vous présenter, toi et ton (tes) livre(s) ?

Je suis Robert G. Forge (dans une autre vie, j’ai un autre nom 😎). J’écris des petits bouts d’histoires depuis… pfiouuuu ! Un bail. Un cousin et moi écrivions nos propres histoires dont vous le héros quand nous étions ados. Ouais ça date un peu.

J’ai sorti mon premier roman « Nouvelle Conscience » en 2019. Il s’agit d’un roman mi policier, mi didactique, mi geek (je sais, ça fait 3 demis) sur le sujet de l’intelligence artificielle. Je me suis amusé à le faire et mettre le point final m’a tiré une larme…

Terminer un projet de cette envergure, ça fait quelque chose.

Un second roman est sur le point de sortir mais je traine un peu. J’ai du mal à gérer le boulot, les jeux vidéos et mon addiction aux réseaux sociaux. Mais j’y travaille. Je suis pas loin du bouclage. Il s’agit d’une dystopie où j’y mets tout ce qui me tient à cœur au niveau social, politique… j’ai même placé l’idée d’une génératrice électrique d’un genre nouveau. Une invention quoi. C’est aussi une sorte de policier, mais ça tient plus de la course au complot. J’aime bien ça, les complots 😎

Derrière, je sais que je vais écrire une saga de SF, dans l’espace et ça va être cool.

Où retrouver son livre :

Pourquoi avoir choisi l'autoédition?

J’étais très impatient de mettre mon roman à disposition des lecteurs. Je l’ai malgré tout envoyé à quelques maisons d’édition mais sans réponses de leur part, je me suis vite dit que si je voulais le diffuser, je ne pouvais compter que sur moi-même. C’est un énorme travail mais qui m’a donné beaucoup de plaisir (et du stress ne nous le cachons pas).

Je me tâte encore pour le suivant, mais je pense que c’est surtout pour le 3e que je retenterai l’envoi aux maisons d’édition.

Ton (tes) livre(s) est (sont) sous quel format? (papier, numérique, les deux ?) Pourquoi ?

Mon roman est sous le format double (numérique et papier) parce que la plateforme choisie fait les deux et c’est cool. Ce n’est pas un choix. Par contre la prochaine plateforme pour le prochain roman risque de ne pas être la même. j’y réfléchis encore.

Couverture de Nouvelle Conscience, roman policier de l'auteur Robert G. Forge

Sa première publication

Comment fais-tu ta promotion ?

Je fais ma promo… laborieusement. Perso, je fais tellement de choses que je fais ça par vague. Et pendant que je ne fais rien, je laisse tourner un compte publicitaire avec un peu de budget journalier. Au moment où j’écris ces lignes par exemple, le compte est à l’arrêt parce que le budget du mois est dépassé, malgré une unique vente.

Parlons argent : ça t’a coûté combien, environ ? Promo comprise.

Au niveau rentrée d’argent… c’est moche comme question 😀

Par le biais des publicités, la couverture de mon roman a été présentée près de 1,5 millions de fois aux internautes. Ce qui a déclenché 1533 clics, 49 commandes et 2270 pages lues.

Ça m’a rapporté environ 300 €… en 3 ans.

Et toutes ventes confondues, ça monte à un  peu plus de 400 € environ.

Donc globalement, j’ai pas perdu grand-chose, mais j’ai pas gagné lourd. Ah si, on vient de m’interwiever et j’ai des chouettes contacts sur Twitter.😋 

Est-ce que tu as un autre travail en plus de celui d’auteur/autrice ?

Je travaille comme formateur dans les métiers du graphisme et c’est cool. Ça m’oblige à apprendre de nouvelles choses et à rester à jour sur ce que je connais. C’est très riche et motivant.

Pour une première auto-édition, tu penses qu’il vaut mieux le premier tome d’une saga ou un one-shot?

One-shot ou Saga ? Sérieusement, pour une première fois, je me demande comment on peut se sentir les épaules d’écrire des trucs aussi imposants. Entre la création du monde/univers, des lieux, des personnages, des intrigues… tout en restant cohérent, le tout avec une écriture qui soit à la hauteur des attentes des lecteurs. Moi ça m’aurait paru prétentieux. Mais ce n’est pas un jugement sur le travail des autres, juste sur mes propres capacités. Chacun fait bien ce qu’il veut. Je n’ai pas le bagage suffisant pour donner des conseils. D’ailleurs, sur mon site, ce ne sont pas des conseils que je donne, juste des retours d’expériences.

Quel statut fiscal faut-il avoir pour s’auto-éditer ?

Concernant le statut, je dirais que tu n’en as pas besoin tant que tu ne vends pas grand-chose comme moi. Par contre dès que ça deviendra un peu plus imposant, et là je parle d’une somme régulière de quelques centaines d’euros par mois, il faudra songer à un statut officiel pour ne pas voir débarquer le fisc. Certains prônent la microentrepreise, d’autres de ne rien créer, juste déclarer des droits d’auteurs, franchement je ne m’y connais pas assez pour donner des directives.

Est-ce que tu as dû mettre ton adresse sur la couverture ?

Je n’ai pas mis mon adresse non (ça ne figure sur aucun livre d’ailleurs).

Comment as-tu choisi ta plate-forme d’auto-édition ?

Quand je fais quelque chose pour la 1ère fois, j’aime me renseigner et apprendre des erreurs des autres. Donc j’ai demandé quel était le plus simple et on m’a orienté immédiatement sur Amazon. Et c’est effectivement hyper simple.
Hyper simple mais « un poil » exclusif. Pour le prochain, comme je le disais dans une autre question, je pense faire autrement. Sans doute passer par Bookelis qui a un plus large spectre de diffusion, y compris les librairies.

Ce qui a été le plus dur pour toi dans ce processus ? Pourquoi ?

Faire le premier pas et commencer un roman, c’est facile. Comme prendre la résolution de courir plusieurs fois par semaine au début de l’année. On achète les baskets, on sort une fois, deux la 3ème il pleut, on n’y va pas, la 4e, les potes ont prévu une sortie et on oublie la résolution. Pour le roman, c’est aussi simple d’ouvrir un fichier et d’écrire un paragraphe…. Deux peut-être, puis les potes ont prévu une sortie… et pas sûr qu’on y reviendra. Un jour peut-être.

Le plus difficile selon moi c’est d’aller au bout du projet. S’atteler à l’ouvrage régulièrement, travailler son style, réviser ses règles de grammaire, perfectionner son vocabulaire, éliminer les verbes faibles, les expressions faciles; C’est un boulot. Une passion certes, mais un vrai travail. Sur l’ouvrage d’abord évidemment, mais aussi un travail sur soi. Un travail sur la volonté, d’aller au bout, et de s’améliorer.

LE conseil ultime à donner pour un auteur qui veut se lancer dans l’autoédition :

Le conseil ultime… comme je le disais, je ne suis personne pour donner des conseils. En revanche, je peux indiquer quelle voie j’ai choisi, pour arriver au bout de « Nouvelle Conscience ».
Je me suis attaché à un évènement: le Nanowrimo. C’est un challenge international dont l’objectif est de finir une histoire en 30 jours (1h30 de travail en moyenne par jour).
Pour y arriver, il y a des tas de groupes d’auteurs qui se forment et se motivent ensemble. Si vous choisissez cette voie, vous ne serez jamais jamais seul (si vous le souhaitez). Pour démarrer et garder la « niak » pour moi, ça a été un moment très fort. J’utilise encore cette méthode de « la tête dans le guidon pendant 30 jours » mais pas forcément pour une nouvelle histoire. Ça peut être pour terminer un projet: « Allez, dans 30 jours, j’ai fini la relecture/correction/mise en page (rayez la mention inutile).
Cela dit, si le début peut effrayer, il y a aussi l’écriture de nouvelles qui peut être motivante. Des histoires plus courtes qui permettent de se tester dans différents style, différents univers. Cela permet aussi de se perfectionner sur des projets plus courts. J’avais 3 ou 4 nouvelles à mon actif avant de me lancer. Pour moi, ça a marché. Pour tes lecteurs… ça dépendra d’eux.
Chacun fait ce qu’il veut de sa vie. Mon choix principal c’est de faire fonctionner mon cerveau en mode créatif. L’écriture est une des activités possibles, mais la création artistique m’emmène aussi dans des créations en 3D, des montages photos, et même dernièrement dans la création d’un jeu vidéo. Nous décidons chaque jour qui nous serons demain.

Quelque chose à ajouter ?

Un dernier mot? Achetez « Nouvelle Conscience » 😎

Non en vrai, je dirais que tout le monde peut écrire. Et je pousse tous les gens que je rencontre à écrire. Mais tout le monde ne peut pas devenir écrivain sans un maximum de travail. Vous voulez devenir écrivain, alors remontez vos manches… il y a du boulot… et achetez « Nouvelle Conscience » 😅 

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Content is protected !!
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x