Aller au contenu

Les Dialogues

  • par

Tous les visuels de cet article ont été réalisés avec Canva.

Image d'introduction de l'article Comment j'écris - Les Dialogues

Sommaire

Pourquoi mettre des dialogues ?

Je mets pas mal de dialogues dans ce que j’écris. Mes premiers jets sont même bourrés de dialogues. Ce que j’aime avec les dialogues, c’est qu’ils permettent de montrer le caractère d’un personnage en quelques mots. Ils créent une véritable proximité avec le lecteur, qui vivra ainsi les interactions entre personnages comme s’il était l’un d’eux.

Les dialogues permettent d’introduire une vraie authenticité et une certaine originalité selon ce qu’on en fait. J’aime façonner les manières de parler, les associer aux caractères des personnages et ensuite rédiger un dialogue où l’on peut deviner qui parle, sans avoir besoin de le préciser explicitement (même si parfois, pour être bien sûre, je le précise quand même, hein).

Je trouve aussi que les dialogues donnent du charisme aux personnages et généralement, je n’accorde pas de temps de parole aux personnages très secondaires.
Il m’arrive de faire l’inverse, cependant, et de ne faire exister ces pauvres personnages très secondaires que par une unique ligne de dialogue. C’est un honneur (si, si), qui leur permet de remplir leur rôle sans alourdir le récit et de briller un peu.

Les dialogues me permettent aussi de rendre le récit plus dynamique, notamment en les plaçant au milieu de pages descriptives ou explicatives.

En plus, avec des dialogues, on peut extraire de belles citations de personnages et les compiler… (Chose que je suis en train de faire avec Akalivan, d’ailleurs.)

Autour des dialogues

Insertion des dialogues

J’ai deux manières de voir les choses : la scène existe pour le dialogue, ou le dialogue existe par la scène.

Dans le premier cas, j’ai déjà une idée de dialogue. Je sais à peu près ce que mes personnages vont se dire, ou tout du moins, l’objectif du dialogue est défini à l’avance (j’en reparle plus tard, un peu de patience).
Tout ce qu’il me reste à faire, c’est de m’arranger pour que les personnages se retrouvent dans une situation « adaptée » pour pouvoir mener ce dialogue.

Mais qu’est-ce qu’une situation adaptée ?

Je dirais que c’est une configuration rassemblant les bons personnages (ceux qui doivent mener le dialogue) dans des conditions qui permettent au dialogue de se produire de manière « réaliste ». En gros, si le dialogue est long et nécessite de nombreuses explications, il vaut mieux éviter de le mettre en plein milieu d’une scène de combat contre une armée extraterrestre hostile, par exemple. Tout simplement parce que les personnages ont mieux à faire que de parler.

Dans le deuxième cas, je n’ai pas spécialement de dialogue à caler en tête, mais je me retrouve avec une configuration de personnages et d’ambiance qui m’inspire et me donne envie de faire papoter un peu tout ce joli monde. Je pense que c’est typique d’une personne qui ne fait pas/peu de plans, mais je fonctionne beaucoup comme ça. La chose principale que je surveille alors, c’est que ce dialogue complètement improvisé possède une
utilité. Un objectif (eh oui, encore ce mot !).

Sinon, loin de rendre le récit dynamique, c’est l’effet inverse qui risque de se produire.

Ambiance et atmosphère

Pour moi, l’ambiance qui accompagne un échange entre personnages est primordiale.

Je n’aime pas les dialogues sans contexte ni ambiance. J’aime définir ce qui entoure mes personnages, le temps qu’il fait, leur état d’esprit, ce qui les a conduits à avoir cette conversation à ce moment-là…

Si vos personnages boivent tranquillement un café ensemble avant une dure journée de travail, ils n’interagiront pas de la même manière que s’ils sont en plein combat contre un monstre géant.

Image café vs monstre servant à illustrer la partie Ambiance et atmosphère de l'article Comment j'écris - Les dialogues
Café ou monstre, il faut choisir !

De même, un dialogue avec de lourdes révélations verra son impact renforcé s’il y a une atmosphère adaptée qui l’accompagne.

Conception des dialogues

Objectif du dialogue

Il est extrêmement rare que je planifie un dialogue, et si c’est le cas, alors il sera juste écrit dans mes notes « dialogue entre A et B pour tel objectif ». Et justement, c’est ça qui, pour moi, est vraiment important : l’objectif.

Plus que le contenu du dialogue, ce qui est important, c’est de savoir pourquoi on veut mettre un dialogue entre ces personnages. Il peut avoir plusieurs rôles : simple dialogue de « présentation » des personnages (pour qu’on apprenne à les connaitre, comme je le disais plus tôt), dialogue de « révélations » (un personnage explique des choses essentielles à l’histoire à un autre, par exemple), dialogue « sentimental » (chargé en émotions, dans un but de séduction ou non), dialogue « humoristique » (parce qu’il faut bien détendre l’atmosphère… enfin, si votre œuvre s’y prête…), etc.

Sans objectif, je ne peux pas écrire de dialogue. Enfin si, je peux, mais il ne sera pas satisfaisant et ne s’inscrira pas bien dans le reste de l’histoire.

Donc oui, clairement, le plus important pour moi, c’est l’objectif du dialogue.

Rédaction

Ma méthode de rédaction des dialogues est un peu chaotique et réside sur le principe suivant : mieux vaut trop en mettre que pas assez.

Pour moi, il est en effet plus facile de supprimer des morceaux d’un dialogue dans un second temps, que d’être obligée de le rallonger (ça m’arrive pourtant de le faire).

Parfois, mes dialogues s’étirent de manière affolante, comme un chewing-gum. Je mets plein d’idées, je mets plein de réactions (car pour moi, chaque parole suscite une réaction chez son interlocuteur), au point que le dialogue peut devenir difficile à suivre et comporter des répétitions. Surtout si je me suis interrompue en plein milieu des échanges entre mes personnages. Je le fais (très) souvent, mais franchement, c’est pas bien. On s’y perd vraiment.

Pas de panique : c’est normal !

De mon point de vue, il faut tout garder (dans un premier temps). C’est ensuite lors de la réécriture que je corrige mes dialogues, pour les rendre plus crédibles et plus percutants.

Image de chewing-gum servant à illustrer la partie rédaction de l'article Comment j'écris - Les dialogues
Je vous présente : mes dialogues !

Le plus important, comme je l’ai évoqué précédemment, c’est de réussir à remplir l’objectif du dialogue. Si c’est un dialogue censé provoquer une dispute, alors il faut trouver les bons mots pour que les personnages aillent au clash. Si c’est un dialogue comportant de grandes révélations, il faut bien penser à mettre toutes les grandes révélations (ça parait évident, mais ce n’est pas toujours simple de se souvenir de tout).

Il m’arrive parfois, lorsque j’écris un dialogue, de le mettre en scène dans ma tête avant de le rédiger. Un peu comme au théâtre, je fais parler mes personnages et j’essaie de créer l’alchimie adaptée.
Ce que j’écris ensuite n’est jamais strictement identique à ce que j’avais imaginé, mais ce n’est pas grave, car ce n’est pas le but de la manœuvre. Le but, c’est de m’imprégner des personnages et de leurs caractères, suffisamment pour rendre leurs échanges crédibles et naturels.

Réécriture et cohérence

Les dialogues doivent être relus et réécris (pour moi, en tous cas, la réécriture est systématique) comme tout le reste !

Généralement, lors du premier jet, je m’axe sur les points importants du dialogue : glisser les révélations ou indices au bon moment, s’assurer que le dialogue remplit bien son objectif, etc.

Il y a d’autres détails auxquels je fais moins attention, car je les réserve pour la réécriture, et ça se passe du côté de la forme des dialogues (la forme étant capitale pour les dialogues, sinon je trouve ça inutile d’en mettre !) (Attention, quand je parle de forme, je ne parle pas de typographie. Je parle de la manière de parler des personnages, de leur niveau de langage…)

Ces « détails » pourtant essentiels, je les ai déjà évoqués précédemment : il s’agit d’une affaire de cohérence. Les personnages doivent avoir une manière de parler cohérente avec qui ils sont, et cohérente avec leurs autres interventions parlées.

Je m’explique : un enfant de cinq ans doit parler comme un enfant de cinq ans. Un personnage vulgaire doit être vulgaire (même si ça fait saigner les yeux). Un personnage qui s’exprime de manière soutenue doit s’exprimer de manière soutenue. Je vais m’arrêter là, mais vous avez compris. Il faut de la cohérence avec qui ils sont.

Et maintenant, la cohérence avec leurs autres interventions dans l’histoire :

Il faut tenir compte des particularités que l’on a données à chacun. Cela rejoint ce que j’ai dit juste au-dessus, avec par exemple une personne familière qui doit le rester tout au long du récit (sauf circonstance particulière et exceptionnelle, comme quelqu’un qui fait des efforts ponctuels ou définitifs pour changer son élocution, etc.). Il y a cependant d’autres choses à prendre en compte : si deux personnes parlant de manière soutenue se parlent, chacune aura quand même sa propre « patte ». L’une sera peut-être plus sarcastique que l’autre, ou utilisera une expression particulière à plusieurs reprises, par exemple. On peut donner un tic de langage à un personnage, un tic qui lui sera propre, ou lui faire mal prononcer un mot en particulier, etc. Le plus important, c’est de s’assurer qu’il conserve ce tic jusqu’au bout. C’est pour ça que la relecture/réécriture des dialogues est essentielle, comme pour le reste du récit : elle est la garante de la cohérence.

Mes premiers jets possèdent souvent des incohérences (j’imagine que quand on improvise énormément, on y est plus sujet que quand on planifie), et parfois, du « relâchement » au niveau des dialogues. En me relisant, j’ai déjà vu deux personnages très différents, s’exprimant de manière très différente, se mettre à parler de la même manière. D’où l’importance énorme que j’accorde à la relecture/réécriture !

Petites recommandations

Comme lors de mon précédent article, je me devais de mettre un lien vers la chaine YouTube de Maritza Jaillet, qui est autrice et vidéaste.

Vous pouvez y trouver de très nombreux conseils sur différents domaines, comme les réseaux sociaux, la communication, mais aussi sur l’écriture (dont la manière d’écrire des dialogues).

Ses vidéos sont vraiment bien faites, pas trop longues tout en étant très complètes, alors n’hésitez pas !

Sa chaine:

Sa vidéo portant sur les dialogues :

Pour rester dans le ton des dialogues, je vous recommande aussi d’aller lire ces excellents articles de conseils écrits par Coralie Raphael, une autrice autoéditée au site plein de bons conseils.

Elle donne elle aussi de nombreux conseils sur des tas de domaines différents, comme l’écriture ou la promotion (via les réseaux sociaux, notamment).

Ses articles sont très complets et très bien écrits, alors pareil, n’hésitez pas !

Son site :

Ses articles portant sur les dialogues :

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Content is protected !!
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x